DomicileMag, Février 2017.

Dans un contexte plus tendu aujourd’hui sur les questions religieuses, il est possible que les inquiétudes deviennent plus accrues et se manifestent de plus en plus dans le secteur du service à domicile comme on le voit ailleurs. Il apparaît dès lors urgent d’anticiper pour éviter les crises.

Si les employés des services d’aide et de soins à domicile sont soumis soit au principe de neutralité, soit au principe de liberté religieuse, selon qu’ils travaillent dans le secteur public ou le secteur privé (voir article de Nicolas Cadène dans ce même numéro), les usagers ou clients de ces services ne sont nullement soumis à une quelconque neutralité religieuse ou politique. Ils sont de plus chez eux, dans leur propre domicile, dans leur sphère « complètement privée ». Certains ne seront pas à l’aise de dévoiler l’intimité que peut révéler leur domicile, d’autres au contraire y seront d’autant plus à l’aise et tiendront à ce que leur mode de vie et façons de faire soient respectés, surtout lorsque ceux-ci impliquent des pratiques religieuses ou culturelles.

Pour lire la suite de l’article : http://domicile-magazine.com/2017/03/28/laicite-gerer-dieu-a-domicile/